• Nous Contacter
    0536700201 - 0666913534

Hémiplégie Vasculaire - الجلطة الدماغية

L’attaque cérébrale ou Accident Vasculaire Cérébral (AVC) est la survenue brutale d’un handicap qui peut être physique comme la paralysie ou l’hémiplégie, ou neurophysiologique comme la perte de la parole (aphasie), elle est l'affection neurologique la plus fréquente (3ème cause de mortalité dans les pays industrialisés après l'infarctus du myocarde et les cancers), et une urgence médicale.

En l'absence de traitement capable de restituer les neurones détruits par l'AVC, la rééducation demeure le seul moyen pour compenser et améliorer les fonctions altérées grâce à la plasticité cérébrale


الجلطة الدماغية من أهم أسباب الإعاقة عند البالغين، التشخيص سهل، و العلاج يرتكز على الطب الفيزيائي الذي يطرح الأسئلة الآتية : ما هي فرص الشفاء ؟ و كيف الحصول على أكبر قدر من الإستقلال الذاتي ؟

العلاج الفيزيائي يركز على تهييج ما يدعى باللدونة العصبية، مبدأ يجب معرفته لأنه أساس كل الأبحاث في مجال هذا الإختصاص الطبي٠



Définitions :

L'AVC constitué est défini comme un déficit neurologique focal d'apparition rapide, qui dure plus de 24 heures, et d'origine vasculaire : hémorragique ou ischémique. Il est à distinguer de l'AVC transitoire de régression rapide en quelques heures.

Il existe deux catégories d’AVC constitués :

L’AVC ischémique par infarctus cérébral dans un territoire artériel, représente 80% des cas. Il s’agit d’un vaisseau intracérébral qui se bouche par un caillot formé localement, ou ayant migré à partir des artères du cou (siége d'une plaque d’athérome ou d'une dissection de la paroi artérielle), ou à partir des cavités cardiaques (siège d’un caillot formé suite à un trouble de rythme ou de la coagulation locale).

L’AVC hémorragique, moins fréquent, par hémorragie spontanée conséquence : de l’artériopathie (artères intracérébrales rigides et de mauvaise qualité), de la rupture d’un anévrisme, ou d’une malformation vasculaire.

Les AVC ischémiques étendus peuvent se transformer en AVC hémorragiques, surtout si le patient est sous anticoagulants. Cette transformation est due à une ischémie des parois artérielles en aval de l'occlusion, et peut se manifester par une aggravation secondaire de l'état neurologique.

Vivre après une attaque cérébrale c’est apprendre à vivre différemment. Des changements radicaux, sources de traumatisme moral, sont souvent à l’origine de dépression ou d’humeur triste qu’il faut impérativement traiter. La rééducation n’a pas à prouver son efficacité en cas d’hémiplégie, elle doit être précoce et multidisciplinaire.

Les bases de la rééducation en cas des lésions cérébrales trouvent leur fondement dans ce qu’on appelle la plasticité cérébrale, c'est-à-dire la capacité du cerveau à remodeler les branchements entre les neurones.

AVC Phase aiguë - الجلطة المرحلة الاولى

Le patient est hospitalisé en soins de courte durée : neurologie, cardiologie, réanimation, service d’urgence, service de médecine interne…etc. Le médecin MPR intervenient comme consultant pour :

- Evaluer la sévérité de l’atteinte et son évolution précoce, en établissant une analyse précise des déficiences, et établir un pronostic fonctionnel.
Eléments évocateurs d’une hémiplégie sévère : Gravité de la paralysie motrice initiale et sa persistance au-delà de 2 semaines (Hendriks et al. 2002), Trouble de conscience, Persistance des troubles sphinctériens, Persistance des troubles de déglutition, Héminégligence visuo-spatiale importante et persistante, et Absence de contrôle posturale.

- Contribuer au diagnostic, à la prévention, et au traitement des complications du décubitus : installation adéquate du patient au lit et au fauteuil roulant, adaptation de son environnement, réalisation des transferts sans risque, protection du membre supérieur, prévention des escarres et des douleurs, et prise en charge de la spasticité.

- Orienter le patient vers une filière la mieux adaptée : service ou centre de MPR, soins de suite et de rééducation, service de gériatrie, retour à domicile avec les adaptations nécessaires de celui-ci en plus d’une rééducation ambulatoire.

Dès que deux techniques différentes de rééducation sont indiquées (kinésithérapie + ergothérapie par exemple) l’orientation en centre de MPR s’impose, il faut prendre en considération les comorbidités qui peuvent entraver une rééducation de qualité.


الجلطة الدماغية من أول اسباب الإعاقة عند البالغين. السبب ٨٠٪ نزيف دموي ٢٠٪ إنسداد شريان دماغي٠

المرحلة الأولى : تحديد السبب و علاج العواقب المستعجلة من إضطرابات في البلع، التبول، الألم، الإعياء، الجلوس و القيام، القرحة الجلدية٠٠٠الخ٠

المرحلة الثانية : تدخل فرقة العلاج الفيزيائي بمختلف مكوناته حسب الاهداف المسطرة من طرف الطبيب الفيزيائي المختص. تدوم هذه المرحلة ٢ الى ٣ أشهر من خلال إستشفاء في مصحة أو مركز طب فيزيائي٠

المرحلة الثالثة : الإدماج في المجتمع٠

المتابعة المتواصلة تسمح بعلاج العواقب المزمنة كالتشنجات العضلية، الإعوجاجات المفصلية، و الوقاية من السقوط التي قد تؤدي الى كسور٠

AVC Rééducation - الجلطة العلاج الفيزيائي

En hospitalisation complète, de jour dans un service de rééducation, ou en ambulatoire, la prise en charge s’effectue à ce stade sous la responsabilité du médecin de MPR.

Le but de la rééducation est de favoriser la reprise de la plus grande autonomie, et de la meilleure communication possible, tout en prenant en charge les problèmes médicaux qui peuvent se présenter.

Selon le siège de la lésion cérébrale, on peut avoir différents tableaux cliniques, grossièrement chez une personne droitière : les lésions cérébrales gauches (hémiplégies droites) peuvent entraîner en plus de la paralysie des troubles de langage (aphasies). Les lésions cérébrales droites (hémiplégies gauches) peuvent entraîner un déficit de l'attention, de la reconnaissance, et de l’exploration de l’espace corporel et extracorporel du côté de la paralysie (héminégligence visuo-spatiale).

- Troubles de Mémoires : sont rares, il faut les distinguer de la confusion mentale initiale ou d’une démence vasculaire débutante.

- Dépression : Très fréquente dans les suites d’un accident vasculaire cérébral, elle est réactionnelle au handicap avec en plus une composante organique (la lésion du cerveau). Il faut traiter systématiquement et le plus tôt possible cette dépression, car elle entrave le bon déroulement de la rééducation, les inhibiteurs de la recapture de sérotonine sont les mieux adaptés dans cette indication.

- Troubles de Déglutition : systématiquement dépistés à l’admission dans un service de MPR. La voie et le type d’alimentation sont adaptés en fonction de la sévérité de ces troubles. Les troubles de déglutition sont parfois sources de complications infectieuses pulmonaires graves par inhalation, et cause de mortalité à la phase initiale.

- Troubles Vesico-Sphinctériens : fuites ou de rétention d’urines et/ou de selles. Leur persistance au-delà de 10 jours après l’installation de l’AVC constitue un facteur de mauvais pronostic pour une meilleure récupération fonctionnelle. Ces troubles doivent être pris en charge correctement, car il arrive qu’une rétention initiale d’urine puisse entraîner en plus des perturbations neurologiques de la miction, des lésions organiques de la vessie. Il faut aussi prendre en charge le retard de transit intestinal.

- Surveillance des Complications Médicales : le réflexe quotidien du médecin MPR, et de son équipe soignante est de surveiller les complications médicales classiques : Thrombophlébites, Escarres, Raideurs articulaires, Douleurs (syndrome épaule-main, douleurs neurogènes), Spasticité, Effets indésirables de certains médicaments (anticoagulants) …etc.

- L’Autonomie du patient est évaluée dès son admission et rapportée sur des échelles comme la MIF (Mesure de l’Indice Fonctionnel) et l’indice de Barthel. Ces échelles sont périodiquement remplies pour une évaluation des progrès et une meilleure orientation du traitement. Le degré d’autonomie, surtout celle des transferts et de la déambulation, détermine les modalités et la date de sortie de l’unité de MPR.

- Récupération de la marche avec ou sans aides techniques est possible dans environ 70% des cas tous types d’AVC confondus. Le pronostic de la déambulation peut être établi en 3 semaines (Jorgensena et al. 1995). L’évolution de la préhension après un AVC est moins favorable : préhension subnormal dans 35% des cas, préhension utile mais gênée par des mouvements involontaires dans 14 % des cas, préhension absente ou non fonctionnelle dans 51% des cas. >> Hémiplégie Rééducation (Cliquez)